La France Insoumise ou les Républicains laïques en peau de lapin

La Députée de la France Insoumise (FI) Danielle Obono a déclenché une polémique concernant son soutien via une pétition « au nom de la liberté d’expression » par rapport à une chanson du groupe ZEP dont le titre est « Nique la France ». Lors d’une interpellation view où elle était questionnée sur ce sujet elle a répondu : « Pourquoi « Vive la France » ? Oui je peux dire « vive la France », mais pourquoi ? Pour le 14 juillet ? » C’est hautement philosophique comme répartie… Elle précise que si elle a signée cette pétition  c’est pour « défendre les libertés démocratiques, la liberté d’expression ». Rappelons que cette pétition fut faite par les Inrockutibles, publication de  gauche. Dès la polémique engagée, les autres représentants de la France Insoumise ont apporté sans réserve leurs soutiens à leur « camarade », tout en dénonçant « le racisme » dont elle serait victime… Eric Coquerel précise que lui aussi à signé cette pétition : « Moi ce qui m’étonne c’est que depuis 2012, ni moi, ni Besancenot, ni Noël Mamère, on nous a jamais parlé de cette affaire. Et je vais vous dire pourquoi on en parle, parce qu’elle est noire. Voilà la réalité. Je pense qu’il y a un racisme patent dans ce qui a été fait. Je suis totalement solidaire de Danielle Obono ». Il précise qu’ils (les opposants) n’ont « pas de leçon à donner sur notre patriotisme républicain. Nous l’avons toujours, c’est dans  leur programme ». Le programme, c’est une chose, mais c’est sur les faits que l’on juge. L’hologramme Mélenchon utilise Facebook pour déclarer : « Amitié, affection et respect pour le sang-froid de Danièle Obono, député de Paris, agressée (sic) sur les plateaux de télé par des chiens de garde médiatiques qui ne se rendent même plus compte que leur machisme est teinté d’une forme de racisme insupportable. Solidarité avec elle face au déchaînement de haine venant de l’extrême droite ainsi déclenché par les employés des neuf milliardaires qui contrôlent 90% de la presse ». L’historien et député France Insoumise Corbière lui aussi dénonce le racisme « Ne faites pas semblant de ne pas le comprendre parce que je vais vous dire : vous m’avez jamais invité des tas d’années aux Grandes Gueules, vous ne m’avez jamais posé la question pour savoir si j’aimais la France ou pas. (…) Parce que moi je m’appelle Alexis Corbière ». Bref, c’est un complot médiactico-fasciste. Et si on y regardait de plus prêt pour voir où sont les racistes ?

ZEP et le PIR
Tout d’abord, ZEP n’est pas qu’un groupe de musique et leur chanson ne dit pas que « nique la France ». ZEP est un groupe musical engagé proche du PIR (Parti des Indigènes de la République). ZEP a d’ailleurs sorti un livre « nique la France » où l’on voit en couverture Houria Bouteldja, Président du PIR, faire un doigt d’honneur. Or, le PIR est tout sauf républicain et laïque, Coquerel, le programme c’est une chose, les alliances et les faits une autre ! Que dis la chanson de ZEP ? Voici des extraits « le racisme est dans nos murs et dans nos livres scolaires ». Monsieur Corbière vous qui êtes professeur d’Histoire, pouvez vous me dire dans quel livres scolaires il y a des propos racistes ? Ici, ce qui est dit c’est que l’Etat, la République, enseigne le racisme à l’école ! Nos républicains de FI, n’ont rien à dire ce genre de propos abjects et mensongers ? Si, ils soutiennent ZEP et le PIR. Continuons « Petits bourgeois, démocrates républicains, ton pays est puant raciste et assassin. Les Lumières, des Droits de l’Homme soit disant universels, un mythe, un mirage, un mensonge officiel ». La chanson dénonce aussi « les petits Gaulois de souche », « les culs Blancs de l’Assemblée » des propos clairement racistes. Plus loin : « c’que j’en pense de leur identité nationale, de leur Marianne, de leur drapeau et de leur hymne à deux balles. J’vais pas t’faire de dessin. Ca risque d’être indécent » et toi « alors, petit socialiste hypocrite », « et y’a nos intellos. Nos petits fachos à lunettes. Nos têtes à claques. Comme la connasse de Fourest, qui propagent, alimente la haine du musulman ». En résumé : détestation de la République, de la laïcité, des Droits de l’Homme, de la Philosophie des Lumières, de la démocratie. Bref, un discours qui n’a rien à envier aux propos contre révolutionnaire des penseurs ultra catholique, nationaliste ou les islamistes anti Républicain et anti laïque. Ce sont des propos ultra réactionnaires ! D’ailleurs les fachos, pour ZEP, ce n’est pas Le Pen ou les anciens de l’OAS mais Fourest, une féministe de gauche et laïque ! Je constate que les Corbière et autre Mélenchon sont des Républicains laïques que sur le papier, puisqu’ils dénoncent non pas cette chanson mais ceux qui critiquent le fait de soutenir ce groupe et de ce fait, ces paroles. D’ailleurs, chère Obono et Coquerel, s’il existe la « liberté d’expression » c’est bien grâce à la philosophie des Lumières qui promouvait le fait qu’un citoyen puisse exprimer ses idées sans être inquiété par le pouvoir. Or, ce groupe est « anti Lumières » tout comme le PIR. D’ailleurs, quand Fourest fera une réunion publique à la fête de l’Huma sur Marine Le Pen, elle ne pourra pas s’exprimer, car vos copains fachos du PIR seront là pour la faire taire… Le PIR comme ZEP ne « sont pas  Charlie », c’est cela défendre la liberté d’expression ? Que dire des propos de Bouteldja qui dénonce « une République philosémite » c’est-à-dire pro Juive ? Drumont ou Rebatel disaient la même chose, pas trop choqué Messieurs « les antiracistes » ?
Quant à l’hologramme, la pâle copie de Marchais, il devrait savoir que le site Respublica avait fait un article : « Communautarisme quand tu nous tiens » dès 2012 où Obono qui était déjà dans le camp du « républicain » Mélenchon, avait signé un texte écrit par le PIR ! Elle ne soutient pas que la liberté d’expression, mais les positions du PIR. Et là, les Corbière, Mélenchon, Coquerel ne peuvent pas dire que cela vient de l’extrême droite ou d’un grand groupe de presse. Respublica est un site de gauche défendant la laïcité, l’article se termine par : « Tout cela pour dire que la vigilance laïque doit aussi se porter au sein du Front de gauche », cinq ans après on constate où en est FI par rapport à la laïcité ! Rappelons que Mélenchon n’a pas eu de mot trop dur pour dénoncer « le communautarisme du CRIF », taxé de « communauté agressive » qui « se croit supérieur », mais dès qu’il s’agit d’Islam, la baudruche se dégonfle, pire elle collabore.
En parlant du Racisme
Afin d’éduquer nos anti racistes de pacotille, je vais reprendre là des propos du PIR, on verra ainsi où se trouve le racisme, l’antisémitisme, le communautarisme islamiste, l’homophobie…
« La République est néo coloniale », « demain la société toute entière devra assumer pleinement le racisme antiblanc », « nos objectifs : recomposer le champ de la politique à partir de la question raciale et anti-impérialiste », « il faut se marier entre musulmans, un noir avec une noire », « les femmes indigènes doivent être réservée aux indigènes », « nous ne sommes pas des corps disponibles à la consommation masculine blanche », « Ahmadinejad (ancien Président d’Iran) mon héros ! Car il a dit à la face de l’Empire (ONU) qu’il n’y a pas d’homosexuels en Iran », « les blancs qui croient à la démocratie, c’est le cri du cœur des démocrates. L’union sacrée. Ils sont tous Américains ! Ils sont tous Charlie ! Ils sont tous blancs ! » Houria Bouteldja « applaudie la débâcle de 1940 », elle dénonce « les Juifs comme étant des traitres qui veulent se fondre dans la blanchité », « le Juif dont le zèle est trahison ». Elle dénonce « l’école qui l’a bien dressée » en apprenant la Shoah. Elle s’identifie à Merah « je ne peux le nier. Je ne peux le fuir. Je ne peux creuser un trou pour m’y terrer le temps que ça passe. Mohamed Merah c’est moi. Le pire c’est que c’est vrai. Comme moi, il est d’origine Algérienne, comme moi il a grandi dans un quartier, comme moi il est musulman » elle dénonce, non pas ses crimes, mais les « injustices » que Merah a subies « surement, à l’école, on lui a imposé une minute de silence pour les victimes du 11 septembre. (…) comme moi, il a assisté à la pendaison de Saddam Hussein, en direct live, le jour de l’Aïd (…). Tous les deux lui et moi, moi et lui, nous avons subi impuissants à la deuxième affaire des voiles, l’exclusion et l’humiliation de nos sœurs à l’école », « les souchiens –parce qu’il faut bien leur donner un nom- les blancs ».
Ces propos qui ne déplaisent pas à l’extrême gauche et à FI ne déplaisent pas non plus chez certains à l’extrême droite. Ainsi, dans la revue (nationaliste, antisémite, antiaméricain, pro palestinien) Résistance n°49 il est écrit à propos d’Houria Bouteldja « Il y a deux Houria Bouteldja… Primo la pasionaria, tribun palestinien, prêtresse des différences donc ennemi du gris (arabe) consumériste (celui qui est intégré et consomme). Elle pose qu’à côté du social, il y a le culturel et même l’ethno-culturel : « Il ne suffit pas de dire que c’est la lutte des classes, ça c’est claire et net. Il y a autre chose que la lutte des classes, il y a la race ». Pas vraiment le discours pavlovien BHLien, les putes et les soumises (allusion à l’association Ni pute, Ni soumise). C’est qu’on est en pleine gauche différentialiste ». L’éloge d’Houria Bouteldja par les nationalistes continu ainsi « Houria c’est l’anti Philippe Val, les Indigènes c’est Pro-Choix (revue animée par Caroline Fourest) la tête en bas. Face aux laïcards ralliés au messianisme américano-sioniste, il y a les prosélytes du foulard, les amis des luttes de libération nationale… Des nationalistes, dans le sens émancipateur que le mot prend au Sud du Globe ». Les deux camps se rejoignent en posant la question « raciale » la lutte contre la République et la laïcité, la haine des Juifs et des USA. Cela devrait interpeller Mélenchon, mais non, bien au contraire…
La gauche maso
Le PIR précise qu’il n’est « ni de gauche ou de droite » mais « décolonial ». Le NPA qui sans cesse s’allie au PIR est considéré comme un parti blanc. En 2014, Houria Bouteldja applaudie les « indigènes » qui venant de la gauche lui disent merde en rejoignant l’extrême droite, elle explique lors du combat contre « le mariage pour tous » qui a vu l’extrême droite, la droite et les islamistes faire front commun contre « le mariage homosexuel » ceci : « L’anniversaire légitime n’a donc pas eu lieu. L’anniversaire récupéré n’a pas eu lieu non plus. Mais les bougies ont bien été soufflées. Et par qui ? Par Dieudonné et Farida Belgoulh (tous les deux venant de la gauche avant d’aller à l’extrême droite homophobe et antisémite) ! Trente ans après l’apparition spectaculaire des Indigènes (lors de la Marche des Beurs où Belgoulh était présente) sur la scène politique française en compagnie de leurs amis de gauche, nous revoici. Nouveau surgissement dans l’arène politique. Toujours spectaculaire, toujours tonitruant. Mais cette fois avec nos amis non pas de gauche, non pas seulement de droite, mais d’extrême droite. Ca s’appelle un bras d’honneur. Un grand « merde » à la gauche. Ou si vous voulez une quenelle. Ce mouvement de balancier vers la droite est, contre toutes les apparences, un mouvement de libération ». Dieudonné, Belgoulh, Bouteldja, ZEP mettent une grosse quenelle à Besancenot, Plenel, Autain, Mélenchon, Corbière, Laurent, Coquerel… Mais ceux-ci en bon « idiot utile » disent merci.
Mélenchon a donné l’image (normal avec son hologramme) d’un candidat Républicain et laïque, les faits prouvent largement le contraire. Vous ne pourrez plus dire « je ne savais pas ».

Régis Boussières

Publicités