Cause toujours Causette !

Vous connaissez cette pseudo gauche qui tel un cerbère surveille tous les propos afin d’éviter tout risque « d’amalgame ». Il ne faut pas faire « d’amalgame entre l’Islam et l’Islamisme », les « musulmans et DAESH », il ne faut pas « jouer sur les peurs, les haines », « instrumentaliser les choses »… Pourtant, il suffit de lire Causette du mois de septembre pour constater que la gauche « féministe et progressiste » n’hésite pas à faire des amalgames de manière infâme et massive.

La couverture titre « chasse au voile, ils sont devenus fous ! » à propos de l’affaire du burkini. Tout d’abord de quelle chasse parle ces journalistes-militantes ? Une chasse veut dire qu’il y a un gibier et des morts où sont ils ? On voit tous les jours des femmes voilées se promener tranquillement… De plus, le voile n’est pas le burkini, que d’amalgame et d’exagération.

L’édito qui se veut dans l’anticipation en 2018 (après la victoire de Marine Le Pen ?) a pour titre « Entrée interdite aux chiens et aux femmes voilées (nonnes acceptées) ».Ce « petit écriteau est suspendu à l’entrée de l’aire de jeux ». Bref, c’est bientôt Vichy ! Avec « un premier camp de redressement laïc à Béziers ». Ces journalistes ne savent même pas faire la différence entre « laïc » et « laïque ». Bien sûr, les musulmans sont devenus des « sous citoyens » et on « prend enfin une revanche sur ces putains de bougnoules dont on n’arrivait pas à se défaire depuis la décolonisation ». Bref, si vous contestez le prosélytisme musulman, vous êtes raciste, un ancien de l’OAS, bel amalgame… Ca fantasme fort chez les prétendues féministes dites de gauche. On y va dans les amalgames, là on ne prend pas de gants. Qui propose de telles mesures ? Personne ! Qu’importe, il faut faire croire que ceux qui sont contre le burkini sont les futurs Doriot, Pétain. Bien sûr le camp de redressement laïc fait penser aux camps de concentration tout comme l’écriteau renvoi aux mesures prises par les nazis et Vichy qui interdisaient aux juifs de rentrer dans des parcs. D’ailleurs, le camp est situé à Béziers, choix qui ne doit rien au hasard puisque c’est la ville de Robert Ménard. Seulement celui-ci déclare que « être français c’est être blanc et catholique » donc cela n’a rien à voir avec une vision laïque ! Mais qu’importe, plus c’est gros plus ça passe. Il faut faire sous entendre que les laïques qui sont contre le burkini sont des proches de Ménard !

Dans un autre article de Causette « ne nous voilons pas la face », l’islamophobie est dénoncée, ainsi que le racisme. « Certes, se couvrir de la tête aux pieds pour se baigner, cela peut mettre mal à l’aise et poser question » écrit la journaliste. Sérieux ? Mais, rassurons nous tout le reste de l’article dénonce les mesures liberticides, c’est aux femmes de « choisir » si elles veulent porter le burkini. Puis on délire un peu « imagions une société qui exigerait des individus qu’ils adoptent dans l’espace public une attitude vestimentaire « laïque ». Ah, on va se marrer ! Au trou les pères Noël, en décembre ». C’est sûr que l’on se marre ! En effet, en quoi l’habit et le personnage du père Noël a une connotation religieuse ? Est-ce que c’est le père Noël qui a été crucifié ? Les journalistes de Causette ne veulent pas être prises pour des « quiches » encore faut il ne pas écrire n’importe quoi !

Enfin, l’article demande, pour quoi on ne va pas questionner les femmes qui portent le burkini, laissant croire qu’elles ne sont jamais entendues. Ce qui est faux, il existe des livres comme « les filles voilées parlent » publié par la Maison d’édition islamo gauchiste La Fabrique.

La journaliste écrit qu’il faut se poser les bonnes questions car « on ne serait rien sur ces femmes qui portent le burkini». S’agit il de son choix ? Que savons-nous de ses convictions ? De sa relation à la loi ? A la citoyenneté ? ». Pourtant, il suffit de réfléchir un peu pour comprendre que son choix n’en est pas un puisqu’il faut être couvert de la tête au pied si elle veut se baigner, que ses convictions sont religieuses et que la citoyenneté passe après sa religion… Il est étonnant de constater qu’il n’y pas une seule question sur le droit des femmes, pour un mensuel qui se veut féministe. Pas de question du style « que pense-t-elle de la polygamie ? De la contraception ? Du divorce ? De l’excision ? De la place de la femme dans la famille ? Du rôle de la femme dans la famille ? Des lesbiennes ? » Il est vrai que les réponses pourraient bien déranger nos féministes de gauche en peau de lapin.

Régis Boussières

Président de Lumières Laïques – Cercle Maurice Allard

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.