Le Service National Universel : notre lettre au Premier Ministre

Monsieur Edouard PHILIPPE
Premier Ministre
7 Rue de Varenne
75007 PARIS SPO 07

Lyon le 14 janvier 2019

Objet : Observatoire de la laïcité et Service national universel

Monsieur Le Premier Ministre,

A l’occasion de la création du service national universel (SNU) vous avez déclaré que ses objectifs devaient être la « cohésion sociale et territoriale », la « prise de conscience, par chaque génération, des enjeux de la défense et de la sécurité nationale », ainsi que le « développement d’une culture de l’engagement ».
Nous partageons totalement ces objectifs et nous nous permettons d’ajouter à former les futurs citoyens dans le cadre de notre République laïque.

Or l’observatoire de la laïcité dans son étude du 18 décembre 2018 concernant le SNU préconise, entre autres, page 8, que les « appelés » ne pourront a priori pas être soumis ni au principe de neutralité (principe applicable aux agents publics et personnes exerçant une mission de service public), ni à l’encadrement de leur manifestation d’appartenance religieuse tel que précisé par la loi du 15 mars 2004 applicable aux élèves des écoles, collèges et lycées publics ; mais qu’ils pourraient être soumis à
un texte particulier restreignant, pour certaines activités, la manifestation de leur appartenance religieuse. » .

Cette préconisation s’inscrit dans une logique d’accommodements dits raisonnables, d’inclusion aux antipodes d’une démarche d’intégration, de construction du futur citoyen. C’est le SNU qui serait remis en cause dans son essence même si cette recommandation était suivie d’effet !

L’observatoire de la Laïcité depuis son installation, le 8 avril 2013 n’a pas su créer, bâtir les conditions d’une réflexion sereine, constructive et confortant la laïcité dans notre pays.
Il a failli a ses misions en faisant la promotion d’une laïcité synonyme de communautés religieuses au détriment du citoyen porteur de droits et devoirs à l’égard de notre République laïque. Preuve en est à travers la mobilisation, actuelle, des réseaux et associations islamistes pour l’adoption de cette recommandation. !

Monsieur le Premier Ministre, la laïcité de nos institutions est sans cesse remise en cause. L’Observatoire y a sa part.

Au regard de cette situation, que nous jugeons calamiteuse et périlleuse pour notre pays, il est urgent et essentiel que cette commission fasse l’objet d’une évaluation de son action, depuis sa création. Les changements, aujourd’hui, sont inéluctables pour que cette commission retrouve son crédit et assume efficacement, en dehors de toute polémique, les missions fortes qui lui étaient attribuées.

Monsieur Le Premier Ministre nous vous adressons nos salutations laïque et républicaine.

J.L Kaigre
Président